Le logement social en grand danger …

Les récentes annonces du gouvernement concernant le « logement social » ouvrent une attaque terrible contre le logement HLM soit 4,7 millions de logements pour près de 9,6 millions d’habitants.

Tout y passe :

_le financement d’état asséché avec l’extinction des moyens du FNAP (Fonds National d’Aide à la Pierre), déjà largement détérioré par les gouvernements précédents.

_les moyens propres des bailleurs sociaux asséchés par la baisse imposée des loyers à hauteur de la baisse des APL. Environ 60€. Risques de licenciements chez les bailleurs. Les collectivités locales dénonceront les garanties des prêts. Faillites et fusions à venir.

_les locataires risquent de subir des hausses de loyers sévères s’ils ne perçoivent pas d’APL, une augmentation forte du SLS (Surloyer), des immeubles moins bien entretenus, un environnement dégradé, pour tout le monde.

_des divisions : entre les locataires du secteur privé pas concernés et ceux des HLM. Entre ceux qui perçoivent les APL et les autres. Entre les bailleurs sociaux publics (OPH) et les privés (ESH). Notons que les OPH ont une part plus forte de locataires pauvres (54%).

_Baisse drastique de programmes neufs. Menaces sur l’emploi dans le bâtiment, localement.

_ Suppression de normes pour les constructions neuves et les réhabilitations. Abandon du prêt à taux zéro…

Concrètement, à Rennes, le projet de « loyer unique » cher à Mme Appéré et Mrs. Cauet et Puil, basé sur l’optimisation des APL est directement remis en cause. Ils ont beau jeu aujourd’hui de défendre les locataires alors qu’ils n’ont pas voulu entendre les associations qui dénonçaient cette stratégie fragile, par ailleurs toujours pas clairement démontrée.

Les projets de réhabilitations NPRU (Nouvelle Politique de Rénovation Urbaine) de Maurepas et du Blosne, signés en grandes pompes par Hollande en début d’année risquent de perdre de leur intensité. Les habitants de la rue de la Marbaudais, d’Emmanuel Mounier, de Brno et Place de l’Europe n’apprécieront certainement pas, car ils attendent que leurs logements soient ou reconstruits ou réhabilités pour le même loyer.

Tous les locataires doivent savoir que la politique de Macron est directement tournée contre leurs intérêts. Il y a donc URGENCE à donner les infos dans les quartiers, à se mobiliser, à interpeller les élus LREM. 47% des attributions de 2016 ont concerné des ménages aux revenus inférieurs au seuil de pauvreté (<1000€). C’est tout le modèle social et économique des HLM qui est visé à l’instar des ordonnances qui détruisent le code du travail. Prenons l’exemple du bail précaire qui sera adossé à la durée de son contrat de travail ! Leur politique est très cohérente. Macron et Philippe veulent aller vite et fort. Leur modèle économique et social d’inspiration libérale ne s’encombre pas de négociations, de débats, d’états généraux. Leur pensée est essentiellement de nature financière, leurs méthodes sont brutales. Aucune mesure prise contre les capitalistes, les spéculateurs, les actionnaires. Le logement HLM doit être défendu, nous y avons tous intérêt pour ne pas laisser l’énorme patrimoine HLM aux appétits des spéculateurs. L’heure est à la mobilisation, bas les pattes devant les HLM ! Pas un moment à perdre. Il faut des financements publics et produire massivement des logements avec des critères écologiques corrects. Le 14 Octobre se dérouleront des manifestations en défense des APL, et plus largement de défense du logement social. Le Parti de Gauche sera partie prenante. Vous pouvez signer cette pétition : http://vivelapl.org/ Lettre Hebdo, Semaine 22