Que tous les masques tombent !

La crise politique parvenant à un stade de décomposition inédit, permet, au plus grand nombre, de vérifier les faits et dires des uns et des autres. Jamais autant d’embrouilles n’auront permis de réfléchir sur la politique.

Hollande et Sarkozy sortis, le PS appelé à disparaitre par la bouche de ses propres responsables, LR au bord de l’implosion. Les conséquences de l’effondrement prévisible du PS avec son ralliement à Macron, remet les pendules à l’heure auprès de celles et ceux qui nous ont rabattu les oreilles sur l’unité JLM/Hamon. Comment n’ont-ils pas voulu comprendre que l’appareil politique du PS est une machine qui n’avait que faire des exigences politiques du moment, démocratiques, écologiques et sociales.

Notre ténacité a été la bonne orientation, d’où peut se construire l’espoir nourri par les 7 millions de voix, ces environ 1020 insoumis-es d’Ille et Vilaine organisés dans près de 65 groupes d’appui.

Notre parti a eu raison de mettre toutes ses forces dans la réussite de ce rassemblement citoyen. France Insoumise n’est pas « anti-parti », en tout cas, il ne le faudrait pas. Ce qui amène à regarder la manière dont d’autres partis, notamment ceux dépendant du PS, organisent la suite.

PCF et EELV partent aux législatives en dépit de la dynamique démontrée par FI. D’autres candidatures marginales se la jouent solo. Mais que comprennent-ils de la situation politique d’aujourd’hui ? Au moment où FI a révélé ces 7 millions de français-ses votant pour un programme, l’Avenir en commun, que plein de nouveaux-elles insoumis-ses rejoignent les groupes d’appui, s’organisent. Cette dynamique porteuse d’espoir est là, prête à agir aux législatives et pourtant ces organisations continuent à rejeter le cadre de FI pour agir, avec toutes sortes de prétextes futiles voire mensongers et insultant.

Leur réflexe « identitaire » signe une faute politique majeure. Ceux qui parlent de « rassemblement » de la « gôche » sont les mêmes qui ont appelés à voter Macron, très tôt. Le « rassemblement » de logos de partis vaut-il plus et mieux que le rassemblement citoyen France Insoumise, vivant, jeune, ayant obtenu près de 20% avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, bien sûr que non. Le financement des partis, basés sur le nombre de voix à ces élections, semble être leur seul motif, provoquant une multiplication des candidatures de témoignages et de division.

Les 600 insoumis-es qui ont défilé à Rennes à l’occasion du 1er mai n’ont-ils pas illustré ce que « dynamique » veut dire. Inédit à Rennes pour un cortège politique!

Pendant ce temps, la presse locale se déchaîne contre FI, prompte à vouloir l’enterrer au profit de la politique libérale portée par Macron et quelques « personnalités locales ».

L’heure est à l’action contre sa politique anti-sociale, à l’organisation dans FI pour permettre à toutes et tous d’agir. Notamment pour que les candidat-es de la France Insoumise recueillent le maximum de voix. Nous serons nos propres médias dans les quartiers, les communes, les entreprises, les gares…

Valls se propose comme candidat de la campagne Macron aux législatives consacrant son choix de la soumission au CAC 40 et au MEDEF. Nous avons ici des responsables PS comme André, Appéré, Cauet, Chapdeleine, Andro et tant d’autres qui ont soutenu la politique de Valls, appelé à voter Macron très vite et postulent pour un mandat de député avec l’étiquette PS. Nous appelons à les battre, tous, sans oublier ceux de droite et du FHaine!

La trahison des masses est suivie ainsi par la trahison de leurs propres militant-es et électeurs. Ainsi, la période qui s’ouvre permet d’envisager de bonnes surprises. Le combat est loin d’être perdu, nous n’en sommes qu’au début. Notre parti est disposé à prendre toute sa place pour faire gagner un maximum de député-es de la France Insoumise. Adhérer au PG demeure un point d’appui indispensable.

Lettre Hebdo, Semaine 15.