L’Hébergement d’urgence

De compétence préfectorale, l’hébergement d’urgence à Rennes pose de plus en plus de problèmes. Loin de répondre à l’afflux de besoins, les solutions proposées notamment en hôtels créent d’autres problèmes.

Nous ne sommes pas éloignés de la réalité en pensant qu’entre 500 et 800 personnes sont quotidiennement concernées par l’urgence de leur situation. Sans compter les personnes qui ne font pas appel au 115.

465 personnes sont prises en charge par le Service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO), en Ille-et-Vilaine, majoritairement à Rennes. Les places en centre d’hébergement sont complétées par des chambres d’hôtel, à hauteur de 200 nuitées quotidiennes, un chiffre en augmentation. Près de 200 appels par jour au 115 assurés par cinq écoutants 24h/24.

De plus en plus de jeunes dans la rue, dû en grande partie par la saturation des solutions d’hébergement.

Les familles avec enfants sont prises en priorité mais l’hôtel n’offre qu’un toit, pas la possibilité d’y faire à manger, il faut changer régulièrement d’hôtel puisque c’est un hébergement temporaire, la scolarité des enfants bien compliquée à assurer.

Du coup, des familles essentiellement d’origine étrangère tentent d’échapper à ces vagabondages d’hôtels en hôtels en se regroupant dans des squats.

Plus de 170 personnes à la Poterie depuis l’été dernier, plus d’une trentaine Avenue des Français Libres nécessitent une solidarité active.

Deux propriétés du groupe Lamotte sont donc occupées actuellement, une avec une convention négociée mais l’autre avec des menaces d’expulsion imminentes.

Les responsables politiques de la ville de Rennes (PS) ne veulent pas interférer dans un litige d’ordre privé. Ils l’ont fait à la Poterie mais s’y refusent dans le centre.

Nous nous insurgeons contre cette hypocrisie. Réquisition des bâtiments publics inoccupés !

« Faire battre le cœur de la France » disent-ils autour de leur candidat B. Hamon. Le soutien de la députée-maire Appéré au candidat du PS confirme bien le double langage tellement utilisé depuis tout ce temps. Vivement la VIème république, des député-es Insoumis-es partout et l’élaboration d’une nouvelle politique qui saura satisfaire aux besoins humains les plus élémentaires.

Lettre Hebdo, Semaine 11