Communiqué de presse, 16 juillet 2016

Massacre de Nice : Solidarité avec toutes les personnes affectées.

Non à la prorogation de l’état d’urgence !

Le Parti de Gauche tient d’abord à exprimer son indignation face au massacre perpétré le soir du 14 juillet à Nice et apporte son soutien à toutes celles et ceux qui souffrent de cet acte ignoble.

Dans le même temps, nous disqualifions le gouvernement pour ses dernières décisions.

Opposés dès le départ à l’instauration de l’état d’urgence en novembre 2015, le Parti de gauche dénonce la volonté du gouvernement de proroger avec trois mois supplémentaires.

L’état d’urgence ne se prend qu’en cas de péril imminent dans un pays, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui en France. L’atteinte aux libertés démocratiques permet tout, dont des mesures répressives à l’encontre de personnes mobilisées dans le mouvement social.

Nous l’avons constaté récemment. 3500 perquisitions pour quasiment aucune suite judiciaire liée au terrorisme. Par contre des assignations de militants, nous en avons subi des dizaines, des arrestations et condamnations arbitraires également.

Dans le même temps, la surenchère guerrière au Proche et Moyen Orient, sans aucune prise en compte de la situation des populations demeurées sur place, ne peut qu’accroître la catastrophe humanitaire et les réactions de haine, faisant ainsi le jeu de la violence.

Les décisions prises par Hollande et Valls à quatre heures du matin suite au drame abominable de Nice répondent à une réaction émotionnelle et non à une mesure politique adaptée, utile et efficace.

Cet inquiétant empressement à renchérir dans la peur, la rhétorique guerrière, les menaces tous azimut, rajoutent de la tension alors qu’il y a besoin de calme et de sérénité.

Le président Hollande et son chef de gouvernement se trompent. En réalité ce sont eux les véritables menaces contre la paix. Toutes les voix qui poussent à plus de sécurité, de contrôles, de restrictions des libertés accèdent aux conditions voulues par des organisations hostiles. De plus cela crée un climat qui permet des « passages à l’acte » de personnes fragilisées psychologiquement et enfin, ce climat de tension entretient des réactions islamophobes.

Pour ces raisons, le Parti de Gauche exprime avec force sa solidarité avec le peuple qui souffre donc son opposition à la prorogation de l’état d’urgence.