Attentat à Suruç (Turquie)

M. Akhavan / PersianDutchNetwork: war at Kobanê, from Suruç border. Oct. 2014. (CC BY-SA 4.0)

M. Akhavan : Kobané en guerre, vue depuis la frontière avec Suruç.
Octobre 2014. (CC BY-SA 4.0)

 

Le comité Rennes-Redon du Parti de Gauche condamne l’attaque terroriste du lundi 20 juillet qui a visé la Fédération des Associations des Jeunes Socialistes à Suruç (SW. Turquie). Une conférence de presse, réunissant 300 participants, venus des quatre coins de la Turquie, annonçait l’engagement d’un groupe de personnes dans la reconstruction de Kobané, ville symbole du combat que livrent les Kurdes face à l’État islamique.

L’objectif était de faire parvenir des livres et des jouets pour les enfants, d’y reconstruire là-bas une bibliothèque et un parc, et surtout de faire entendre un message de paix et de solidarité aux habitants et aux combattants de Kobané.

L’explosion a causé 32 morts et des dizaines de blessés. L’attentat, revendiqué par l’État islamique, visait les participants de ce projet et la population kurde vivant en Turquie plus que la Turquie elle-même.

Par son absence de positionnement clair vis-à-vis de l’État islamique, de crainte de voir se créer un État kurde aux portes de la Turquie, le gouvernement AKP d’Erdogan a laissé le conflit s’enliser en Syrie et la tension monter dans cette région. Il a aussi discrètement soutenu l’État islamique, en laissant des djihadistes traverser la frontière pour se rendre en Syrie et des armes y être convoyées. Les membres de la Fédération des Associations des Jeunes Socialistes ne cachaient pas leur projet de se rendre à Kobané pour aider la population. Pourtant, le gouvernement n’a rien fait pour mieux contrôler les frontières.

Le comité Rennes-Redon du Parti de Gauche condamne ainsi le manque de responsabilité du gouvernement turc, exprime toute sa solidarité et ses pensées les plus émues aux blessés et aux familles des victimes, et soutient les forces politiques de gauche qui œuvreront pour la paix en Turquie et dans cette région frontalière.


Extrait d’une déclaration de Selahattin Demirtaş, co-président du HDP (Halkların Demokrasi Partisi – Parti Démocratique des Peuples) :


« O insanlar bir mesaj götürecektiler : “Biz hep birlikte bu ülkede barıș içinde, kardeșlik içerisinde yașıyabiliriz” demek için ordaydılar. »

« Ces personnes voulaient porter un message : ils étaient là-bas pour dire “Nous pouvons tous ensemble vivre en paix dans ce pays, vivre dans la fraternité.” »

FIN