0

Hollande, Appéré et NPRU*

Rennes est concernée par un vaste plan de renouvellement urbain dans les quartiers de Maurepas, Blosne et Villejean. Signé par Hollande et Appéré ce jeudi 26, en grandes pompes, ce plan d’environ 514 million d’€ (à ce jour) va s’étaler sur 10 années.

Au-delà de la mise en scène politicienne et du contact sélectif auprès des habitant-es du quartier, ce plan soulève des questions.

La mixité sociale est mise en avant comme objectif majeur dont la Dalle Kennedy est prise comme un exemple de réussite.

Le loyer unique servirait à déconcentrer les plus pauvres des mêmes quartiers pour les répartir dans toute la Métropole.

Sauf qu’il y a loin de la coupe aux lèvres !

Qu’est ce qui amène les plus pauvres à Maurepas sinon le montant des loyers qui sont les plus bas.

Quant à la mixité réussie de la dalle Kennedy, ce n’est qu’une vue de l’esprit.

Le loyer unique renchérira les loyers les plus bas donc mécaniquement affaiblira le « reste à vivre » des plus pauvres, déjà bien bas. Près de 70% des nouveaux arrivants en HLM à Maurepas sont à 20% du plafond de ressources, c’est-à-dire autour de 500€/mois. Handicap, curatelle, pbl psy, chômage, divorce, protection de l’enfance, addictions, violences conjugales, surendettement, absence de suivi social, droits non demandés, pensions alimentaires aléatoires…la pauvreté n’a pas qu’un seul visage, ni qu’une seule forme.

La pauvreté révèle une multitude de situations qui appellent à un accompagnement et une capacité d’interventions qui peinent actuellement et inquiètent fortement les intervenant-es sociaux.

Alors vouloir répartir les plus pauvres dans toute la Métropole, nécessite avant tout de garantir l’accès aux services sociaux, mission locale, services médicaux, ce qui n’est pas du tout acquis.

Renouvellement urbain, oui, mais pas sur le dos des plus démunis.

Toutes les rénovations urbaines entraînent une augmentation des loyers.

La « mixité sociale » ne se décrète pas. Avec plus de 5 millions de chômeurs et une répartition des richesses catastrophique, cela ne peut qu’empirer. La « mixité sociale » dépend de la réussite économique et démocratique de la commune.

Encore une démonstration du décalage entre les besoins réels et les ambitions politiques.

Non, Mr Hollande et Mme Appéré, vous ne donnez pas les garanties nécessaires pour réussir un « vivre ensemble », digne de ce nom. Vite la révolution citoyenne !

* Nouveau Programme de Renouvellement Urbain

Lettre Hebdo, Semaine 7.

0

Présidentielle et législatives

Décidemment, le besoin de revenir sur ce sujet s’impose. Rappel : dans le cadre de la Vème république, l’élection présidentielle concerne un nombre de candidat-es illimité pour un premier tour et se conclue par un deuxième tour avec les deux premier-ères, normalement, sur un programme politique soumis au vote des électeurs-rices.

Les élections législatives concernent 577 circonscriptions dont les élu-es seront porteurs du programme de leur candidat à la présidentielle et défendront ou pas la politique soumise à leur vote par un-e premier ministre nommé par le/la nouveau-elle président-e.

Mais le découpage des circonscriptions est tel que les territoires « ruraux » sont sur-représentés à l’Assemblée Nationale, donc rend plus difficile de gagner une majorité alternative, même avec plus de voix.

Le raisonnement qui s’impose est simple : dans ces conditions, si l’on veut gagner une majorité parlementaire portant un programme de rupture, cela ne peut découler que d’une dynamique forte, acquise par l’élection présidentielle.

Par conséquent, les réactions et postures des courants politiques dits « de gôche » en direction de la France Insoumise et de son candidat JL Mélenchon parlant de « rassemblement », sous-entendu entre Hamon, Jadot et Mélenchon oublient l’essentiel en squeezant la question déterminante des législatives et du programme porté. Commençons donc par le commencement !

Les 250000 soutiens affichés à ce jour, à la candidature de JL Mélenchon démontrent que ce rassemblement citoyen est ouvert à tous. Aucune « idolâtrie », tout tient dans la construction ouverte, transparente, collective d’un programme en permanence complété, l’Avenir en commun et l’envie de gagner.

La crédibilité de la France Insoumise tient dans sa clarté politique depuis le début. FI n’a jamais participé aux gouvernements du PS, ce qui n’est pas le cas des frondeurs, ni d’EELV.

FI semble prête à construire avec toutes celles et ceux qui veulent créer réellement une majorité cohérente, sans combine d’appareils. Qu’attendent-ils pour jouer franchement le jeu ? Des évènements à venir sont attendus pour qu’effectivement l’aspiration d’unité se concrétise, le PCF ne semble pas en prendre le chemin, les soutiens de Hamon et de Jadot vont-ils prendre les bonnes décisions ? Aujourd’hui, Hamon s’entoure de « vallsiens » et confirme des candidatures comme El Khomri et tant d’autres.

Mr Hamon, Mme Thomas et quelques autres, arrêtez le double jeu, la bataille que vous avez gagnée dans le PS avec des votes hors adhérent-es PS ne signifie pas que l’affrontement avec la droite et le FN passe par des candidatures aux législatives défendant le bilan politique de Hollande. C’est quand même mieux en le disant.

Lettre Hebdo, Semaine 6

0

Unité et clarté

Après le vote de la primaire du PS, des voix s’élèvent pour une « unité » entre Hamon, Mélenchon et Jadot. Cet élan « unitaire » révèle une intention de construire une alternative aux politiques destructrices que nous subissons depuis si longtemps, ce qui nous va bien.

Mais la situation de déliquescence de la représentation politique actuelle doit nous inviter à rester sur le fond des enjeux et des programmes afin de ne pas s’arrêter sur « les formes » mises en avant par le système médiatique.

En Ille et Vilaine : le PS présente dans la première circonscription Marie-Anne Chapdelaine, députée sortante, dans la deuxième Gaëlle Andro, dans la troisième le député sortant François André, dans la quatrième Franck Pichot, dans la cinquième Stéphane Lenfant, dans la sixième Évelyne Gautier Le Bail, dans la septième Alexandra Thierry, et Emmanuel Couet, dans la huitième. Soit. Sauf que le vote de leur primaire a validé une autre orientation que celle de ces candidat-es qui ont soutenu Valls par leurs votes à l’Assemblée Nationale ou lors des primaires.

Comment construire une « majorité parlementaire » avec des personnes qui défendent ce que nous combattons de toutes nos forces ? Cela n’a aucun sens.

Respecter la volonté de changement réel passe avant tout par la clarté sur le bilan de la politique suivie par les sortant-es et la clarté sur l’orientation générale.

Chapdeleine et André ne portent pas ce que nous souhaitons, loin s’en faut. Ils ont soutenu la loi « travail » et sa répression violente, voté tous les budgets d’austérité, l’Etat d’urgence, les lois Macron et Rebsamen… Qu’avons-nous à faire avec ces gens-là ? Rien.

Que nos ami-es, voisin-es et collègues qui nous interpellent sur notre exigence de clarté vis-à-vis de Hamon nous répondent à cette question : est-ce respecter la volonté de changement que de laisser des candidat-es aussi éloignés de ces exigences légitimes ?

La portée du programme de l’élection présidentielle est conditionnée par les élections législatives. Cela ne se dissocie pas, par conséquent, la cohérence s’impose à tous.
Le Parti de gauche se satisfait que plusieurs points du programme « L’avenir en commun » soient repris par d’autres courants politiques, mais le but d’un programme est d’être défendu pour être appliqué et pas son contraire.

Lettre Hebdo, Semaine 5

0

Vive la crise ! …

Le deuxième tour des primaires du PS choisit Benoit Hamon comme candidat à l’élection présidentielle. Après Hollande, c’est au tour de Valls d’être évincé de cette élection, par une mécanique de « primaires » pourtant fabriquée pour faire gagner les leaders. Avec Sarkozy lui aussi écarté par la primaire de la droite, ces évènements accélèrent la crise politique contribuant à la décomposition de la Vème république, ce qui renforce l’urgence d’une VIème République et une Constituante.

Luttant depuis 5 ans contre les reniements et choix des gouvernement Ayrault et Valls, nous apprécions et traduisons cette étape comme un désaveu, dans les rangs même du PS, de leur politique, ce qui amplifie, d’une certaine façon, tous les efforts que nous avons consentis dans les luttes. Les primaires se retournent contre leurs promoteurs !

Tous les leaders PS de Rennes, Rennes Métropole, Département, Région, pro-Valls, sont clairement désavoués par leurs militant-es. Nous devons mesurer la profondeur de ce message politique.

De nouveaux moments de vérité vont sortir sans tarder parce qu’il n’est pas gagné que l’ensemble du PS milite sur les thèmes portés par Hamon. Constatant que le PS 35 a déjà validé les candidatures pour les législatives, toutes des « vallsiennes », mais que les militant-es ont exprimé autre chose, comment vont-ils poursuivre ?

Dans ce contexte, où la « proximité » de propositions portées par Hamon et JLM, en fait cela ressemble à du siphonage de « l’Avenir en commun », des voix s’expriment pour une recherche d’unité allant de JLM à Jadot en passant par Hamon et Charlotte Marchandise. La méconnaissance de la profondeur de la crise politique actuelle peut créer de la confusion.

De cette nouvelle étape de la crise politique, soyons convaincus de l’importance et de la cohérence du projet politique de la FI mais aussi des coups qui vont nous être portés. Si Hamon peut être soluble dans FI, la FI ne l’est pas avec le PS.

Notre comité PG est ouvert et disponible pour construire cette page d’histoire inédite localement et résolument Insoumise.

Lettre Hebdo, Semaine 4.

0

La dynamique insoumise…

Le rendez-vous départemental des Insoumis-ses du samedi 07 janvier a été une remarquable réussite. Près de 200 insoumis-ses, de divers cantons et quartiers se sont retrouvé-es pour discuter autour des 6 tables rondes et partager l’intervention d’Alexis Corbière.

Sans aucun plan de communication particulier, le travail d’organisation interne aux groupes d’appui a permis qu’un pas tant quantitatif que qualitatif soit franchi.

L’animation des tables rondes par des militant-es ou élus, maitrisant bien leurs sujets, a permis aux participant-es de repartir avec des infos de qualité et de la motivation.

Le Parti de Gauche tient à souligner l’effort collectif d’organisation. La France Insoumise poursuit sa construction, près de 40 groupes d’appui en Ille et Vilaine, des perspectives très encourageantes émergent ici et là.

Cette dynamique qui permet à des militant-es syndicalistes, d’associations et de partis politiques, différents, de se retrouver sur des thèmes et les partager avec les Insoumis-es, démontre l’utilité de cette stratégie.

La question des élections législatives, deuxième étape de cette phase élective majeure, ouvre également d’autres discussions Elle permet d’affermir l’exigence de rester sur le fond du projet politique, afin de ne pas céder aux tentatives de personnalisation ou de verrouillage partidaire. En tout cas, c’est ce que souhaite le Parti de Gauche.

Notre comité s’investit de plus en plus dans cette bataille politique majeure, avant les élections, pendant et surtout après.

Sachons apprécier ces moments de partage et d’élaboration collective.

Oui, la révolution citoyenne est en marche ! Toutes et tous dans les Groupes d’appui, agissons pour franchir ensemble un nouveau cap.

Lettre Hebdo, Semaine 2.